La côte pacifique équatorienne : Canoa et Puerto Lopez

Canoa, Equateur du 19 au 21 juillet 2016 et Puerto Lopez, Equateur, du 22 au 24 juillet 2016

A la recherche de soleil et de chaleur, j’ai décidé d’aller visiter la côte équatorienne quelques jours, et comme je souhaitais m’essayer au surf pendant mon voyage, arrivée en Equateur il était temps de m’y mettre. Je me suis donc d’abord dirigée vers Canoa pour surfer, puis vers Puerto Lopez pour voir les baleines qui passent au large tous les ans au mois de juillet pour se reproduire dans les environs.

Canoa une belle plage pour surfer, mais un village dévasté par le séisme

En descendant du bus à Canoa j’ai tout de suite pris conscience de l’ampleur des dégâts. Le séisme du 16 avril 2016 d’une magnitude de 7,8 avait son épicentre à Muisne, à 215 km de là. Dans la ville, au moins un bâtiment sur trois est à terre, et sur une grande partie de ceux qui sont encore debout il y a des affichages indiquant la dangerosité du lieux et son classement en catégorie inhabitable. De ce fait de très nombreuses personnes dorment encore sous des tentes plusieurs mois plus tard.

A mon arrivée un habitant m’a proposé de m’aider à trouver un hébergement, ce qui s’est avéré plus difficile qu’il n’y paraît car nombre d’entre eux n’ont pas encore réinstallé le wifi, or souhaitant rester quelques jours je tenais à mettre mon blog à jour. Après 4 tentatives, j’ai finalement trouvé un bungalow face à la plage dans un hôtel qui n’avait pas encore rouvert, mais le gérant avait une chambre pour moi.

Une fois ces formalités accomplies, j’ai vite compris qu’à part une ballade sur la plage et un cours de surf, il n’y aurait rien à faire dans le coin. Les touristes ayant déserté la région, même les paillotes sur la plage étaient fermées, et les seuls gringos à se promener en ville étaient les volontaires venus travailler dans l’école. Après être passée devant deux écoles de surf fermées, je commençais à me demander si j’allais même en trouver une, et j’ai finalement rencontré Kiki (coordonnées en bas de l’article) sortant de l’eau. Il m’a proposé de commencer de suite, mais après avoir appréhendé la planche et fait quelques exercices sur la plage, les vagues étaient trop grosses et on n’a pas pu continuer. Qu’à cela ne tienne, j’ai fait quelques exercices d’équilibre sur une slack line tendue entre deux palmiers et nous avons pris rendez-vous le lendemain matin, les vagues étant moins grosses à marée basse. J’ai été très surprise d’être capable de me mettre debout sur la planche dès la première heure d’entrainement. On m’avait dit que ce n’était pas si difficile que ça en avait l’air et je confirme. Evidemment les vagues étaient petites, le moniteur Kiki m’aidait à les prendre en poussant ma planche au bon moment, mais j’étais toute seule à me mettre debout et à tenir jusqu’à la fin de la vague ! Toute contente de ces progrès rapides j’ai repris rendez-vous pour une autre séance le lendemain et j’ai même pu abandonner la longboard pour une funboard. Je n’ai pas de photos, il faut donc me croire sur parole !

Je recommande vraiment cet endroit pour ceux qui veulent débuter en surf car la plage s’y prête bien, et Kiki est très pédagogue en plus de pratiquer des tarifs très intéressants, rien à voir avec Montanita. En revanche pour ceux qui voudraient faire la fête, ce n’est pas (encore) le lieu, je suppose que ça reviendra petit à petit. Il est vrai que l’endroit n’était pas encore très accueillant mais je suis persuadée que ça va revenir très vite.

Les baleines de Puerto Lopez

Je suis ensuite descendue un peu plus au sud jusqu’à la ville de Puerto Lopez connue essentiellement pour ses baleines et sa proximité de l’Isla de la Plata. Je ne me suis pas rendue sur cette dernière réputée pour être « les Galápagos du pauvre ». Non pas que je sois riche ;-), mais comme je revenais des Galápagos, je ne cherchais pas particulièrement à revoir les fous à pattes bleues. En revanche les baleines oui ! J’ai donc réservé un tour garantissant à 100% les chances de voir les baleines car c’était la bonne saison, les mammifères se présentent assurément en juillet et août, et avec un peu de chance de juin à septembre.

Nous avons d’abord trouvé un groupe d’une dizaine de dauphins venus jouer avec le bateau. Je dois dire qu’habituellement leur présence me réjouis, mais quand on cherche les baleines c’est un peu décevant. Mais quelques minutes après nous avons trouvé un groupe de 4 immenses baleines plongeant, soufflant, montrant leurs nageoires… Malheureusement je n’ai pas eu la chance d’en voir une réellement sauter à la verticale alors que la plupart du temps c’est le cas. Mais c’est le principe de la vie sauvage, on ne maîtrise pas tout. Le spectacle était néanmoins superbe, on est resté plus d’une heure à observer les 4 spécimens avant de retourner vers la côte pour une petite baignade, puis de rentrer au port.

Au-delà de l’observation des baleines et de l’Isla de la Plata, il faut évidemment aller se promener sur le port et observer l’animation qui y règne. Dans les environs de Puerto Lopez il est possible d’aller se promener dans le Parque Nacional Machalilla ou d’aller faire un tour à la plage, j’ai choisi cette dernière option. La Playa de los Frailes est réputée pour être la plus belle plage d’Equateur. Il est possible de la rejoindre en bus + moto-taxi ou de remplacer le moto-taxi par une heure de marche sur un splendide sentier côtier traversant deux autres petites criques avant d’arriver sur la non moins splendide plage de los Frailes. Le soleil tape dur à l’Equateur et j’ai eu beau mettre de la crème, j’ai bien brulé !

J’ai passé mon dernier jour à Puerto Lopez à profiter du jardin de mon auberge pour me reposer et me mettre « à jour » dans le traitement de mes photos et l’écriture de mes articles de blog…

Cours de surf avec Kiki :
  • Manuel Nevarez
  • WhatsApp : 09 94 60 12 70
  • manuelsurfcanoa@yahoo.com

2 Comments on “La côte pacifique équatorienne : Canoa et Puerto Lopez”

Laisser un commentaire