Mon parcours de plongeuse

Je suis plongeuse niveau 3 FFESSM (fédération française d’études et de sports sous-marins), avec environ 250 plongées au compteur. Pour les non-initiés, cela signifie que je suis une plongeuse « autonome » dans le sens où je peux plonger en autonomie avec un binôme sans moniteur, et que j’ai le droit de descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur.

J’ai débuté la plongée en 2007 au centre UCPA de Niolon. J’y ai passé une semaine pour valider mon niveau 1 (FFESSM), donc une semaine entre 0 et 7 mètres, juste devant le centre.  Premières impressions : Waouh, qu’est-ce que c’est coloré ! Jamais je n’aurai pensé voir des poissons aussi colorés en Méditerrannée. J’ai adoré les girelles paon, et je suis restée sans voix devant les concombres de mer (non pas que ce soit beau, mais je ne connaissais pas cette bête qui nettoie tout sur son passage). Il faut dire que mes expériences maritimes étaient jusqu’à présent limitées à la surface, et notamment à la Bretagne. Aujourd’hui je pense que mon regard serait différent… depuis que j’ai découvert les mers chaudes 🙂 avec beaucoup (beaucoup plus) de couleurs, du « gros » et de la « macro » et une variété de faune et de flore sous-marine impressionnante.

Depuis mon niveau 1, j’ai continué à plonger dès que l’occasion se présentait, j’y ai consacré de nombreux week-end, vacances, dans de nombreux endroits en France et à l’étranger.

En France

En Bretagne, j’ai plongé à plusieurs reprises en Bretagne sud (Rivière d’Etal, Houat, le Golfe du Morbihan). C’est moins coloré que la Méditerranée, mais c’est très riche également. Moi qui ai beaucoup navigué dans le coin, je n’aurai jamais soupçonné une vie sous-marine aussi riche. Mais il reste difficile d’y avoir de bonnes conditions de visibilité. Et c’est la seule zone géographique où j’ai réussi à perdre mon binôme tellement la visibilité était mauvaise. Deux fois !

En Méditerranée, j’ai plongé plusieurs fois depuis le centre UCPA de Cap Croisette à Marseille, et à Port Cros depuis le centre UCPA de l’Ile du Levant. C’est un spot extraordinaire. Mes souvenirs de la Gabinière avec le banc de barracudas, les nudibranches et les mérous (non pas tout en même temps, mais dans la même plongée Oui J) sont magiques. Le centre UCPA du Levant est un super endroit pour plonger dans la réserve naturelle de Port Cros, on est juste à côté et donc toujours les premiers arrivés sur les sites de plongée, sans avoir à se lever à l’aube. Un conseil cependant, il faut bien se renseigner sur la vie sur l’Ile car c’est une île en grande partie naturiste ;-).

En Egypte

En Egypte, j’ai plongé une semaine à Safaga, et j’ai fait une croisière de deux semaines en mer Rouge. A mon sens la plongée Mer Rouge détient un rapport qualité/prix inégalable. Pendant la même croisière, en août 2014, j’ai vu des requins marteaux (mes premiers marteaux !), des raies mantas, des dauphins, un dugong, des tortues et tout type de faune et de flore hyper colorées. Je savais que ca pouvait arriver, mais je n’avais vraiment pas misé sur le fait de voir tout cela dans la même semaine en mer Rouge. Il ne manquait que le requin baleine, et je sais qu’il y en a aussi !

En Asie

En Asie j’ai eu la chance de plonger aux Maldives (croisière), en Malaisie sur l’ile de Bornéo à Layang Layang et Sipadan, en Indonésie à Bali et aux Philippines dans l’Archipel des Visayas. Pour plonger en Asie il faut plus de temps car c’est plus loin. Mais ça vaut vraiment la peine aussi. En fonction des sites on peut voir « du gros » ou de la « macro ». J’aime beaucoup la « muck dive », mais j’ai quand même une préférence pour les gros, et notamment les raies mantas qui ont la fâcheuse tendance d’embuer  mon masque (oui, il m’est arrivé de verser une petite larme ;-)).

Et en carrières…

Pour passer mes niveaux 2 et 3 FFESSM, j’ai plongé en carrières. A Nantes on a la chance d’avoir plusieurs carrières à proximité. J’ai passé mon niveau 2 à Bécon les Granits, et mon niveau 3 à Roussay. C’est très pratique pour ne pas dépendre des conditions météorologiques de la côte Atlantique. Mais… c’est tout ! Personnellement je n’ai jamais pris aucun plaisir à plonger dans ces carrières dans lesquelles on n’a aucune visibilité, où l’eau est froide et où les esturgeons qui ne doivent rien y voir non plus vous foncent dessus !

Les plongées pendant mon voyage

J’ai l’intention de compléter ce parcours de plongeuse par de nombreuses plongées durant mon voyage. Les premières seront normalement dans le Lac Baïkal en Sibérie. Puis je projette d’explorer de nombreux sites en Asie du Sud Est : en Thaïlande, en Malaisie et en Indonésie où je souhaite passer mon diplôme de Divemaster (guide de plongée PADI) -finalement passé en à Bornéo-. Et en fin de voyage aux iles Galapagos en Equateur, et au Mexique. Mais je souhaite aussi plonger dans des endroits moins réputés pour l’activité, pourquoi pas en Chine, au Vietnam, au Pérou, ou en Argentine… je vous raconterai tout ça, par écrit et en vidéo…

2 Comments on “Mon parcours de plongeuse”

  1. Coucou la belle,
    Tu vas nous faire rêver avec toutes ces belles plongées en perspective, sans parler du reste bien-sûr! Au Mexique, offre toi quelques plongées dans les cenotes, les jeux de lumières sont superbes.
    On va te suivre avec beaucoup d’intérêt et de plaisir.
    Profite et Take care

    1. Salut Marylore,
      Bien sûr les Cénotes sont déja au programme pour mon passage au Mexique ! et d’ici là j’aurai appris à maîtriser ma Gopro, j’espère faire de belles images. Et ce Mola mola à Nusa Penida, vous l’avez trouvé finalement ?
      bises

Laisser un commentaire