Cusco pendant l’Inti Raymi : des défilés et des danses en permanence

Cusco, Pérou // les 6 ,7, 12, 18 et 19 juin 2016

Cusco était un point central pour visiter le sud du Pérou, et j’y suis donc passée à 3 reprises. Entre consultation des agences touristiques, repos, promenades au gré des festivités de l’Inti Raymi et visites, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer.

Bien choisir son agence pour ses excursions

J’avais décidé de consacrer ma première journée à faire un tour des agences de voyage pour choisir celle avec laquelle j’irai au Machu Picchu puis dans la forêt amazonienne. Le Machu Picchu peut se visiter en individuel, mais des voyageurs m’avaient convaincu que c’était plus simple et pas plus cher avec une agence. Après avoir discuté avec 4 ou 5 agences, je me suis décidée pour la dernière qui était la seule à avoir pu me parler en détail des excursions vers la réserve de Tambopata en Amazonie. J’ai donc signé avec « Perusing Peru Magic » pour 4 jours d’Inca Jungle Trail, et 4 jours dans la forêt amazonienne (prochains articles). Et je n’aurai pas dû ! Je sais pourtant qu’il faut regarder les commentaires sur Trip advisor, qu’il y a tellement d’agences qu’il est impossible de s’y retrouver seul… j’aurais dû le faire, je m’en suis mordue les doigts. Lors de ma première excursion je me suis retrouvée avec un billet de train à 21h30 au lieu de 18H30, et une arrivée en ville à 1h du matin, pas si grave si ce n’est que j’avais payé le supplément pour le train d’avant. Mais pour ma seconde excursion, je me suis retrouvée avec un billet de bus pour un départ la veille ! Donc arrivée à 20h à la gare routière, ils ne voulaient pas m’embarquer puisque mon billet n’était plus valable. Et en arrivant à 7h à Puerto Maldonado après avoir acheté un nouveau billet, personne ne m’attendait. Bref, il faut bien choisir son agence, ou s’en passer. Je ne me ferai plus avoir, enfin j’espère !

L’inti Raymi, la fête du soleil à Cusco

C’est par hasard que je suis arrivée à Cusco pendant l’Inti Raymi. Lors de mes premiers pas dans la ville, la Plaza de Armas était fermée à la circulation, et il y avait des défilés militaires et une cérémonie que je n’ai pas pu identifier, avec toutes les personnalités politiques de la ville. C’était le lendemain de l’élection présidentielle, je pensais que c’était lié à ça, mais Cusco n’étant pas la capitale et les résultats n’étant pas encore définitifs ça semblait étrange. Ce sont les jours suivants que j’ai compris que c’était plus que ça, 2 semaines de cérémonies non-stop dans la ville. Pas un moment où il ne se passait pas quelque chose sur la Plaza de Armas. A chaque fois que je prévoyais une visite, je finissais pas rester bloquée sur cette place à regarder les gens danser, les chars de papier mâché défiler, ou en matinée et en soirée les jeunes qui s’entrainaient aux danses traditionnelles. De la musique, des danses, des feux d’artifices toute la journée et tous les jours… et pourtant tout cela n’était que le prélude à la grande cérémonie Inca de l’Inti Raymi qui allait se tenir le 24 juin, jour du solstice d’hiver, au temple de Sacsayhuaman. Malheureusement j’avais déjà quitté la ville avant et je n’y ai pas assisté. Pour autant les cérémonies qui précédaient le jour J étaient déjà remarquables.

Visites de la ville de Cusco et du temple de Sacsayhuaman

Je pense qu’on pourrait facilement rester 3 semaines Cusco et dans la Vallée sacrée en ayant le sentiment de n’avoir pas fait le tour. Je ne suis pas restée 3 semaines, et j’ai dû faire des choix. J’ai décidé de visiter la ville et Sacsayhuaman. Rassurez-vous, je n’ai pas oublié le Machu Picchu, ce sera un autre article !

J’ai donc passé pas mal de temps à observer les divers défilés auxquels j’ai pu assister, mais aussi à boire des jus de fruits ou à manger au superbe marché San Pedro. Dans la ville, il y a évidemment la Cathédrale qui est immanquable, construite sur les ruines d’un temple inca comme toutes les églises construites par les espagnols. Elle est immense et magnifique, et l’entrée comprend l’audioguide que je recommande vivement. Sur la plaza de Armas également il faut visiter l’Iglesia de La Compañía de Jesús qui rivalise largement avec la cathédrale, et c’était d’ailleurs le but des jésuites lors de sa construction. Après avoir renoncé deux fois pour cause de festivités, j’ai fini par faire un « free walking tour ». Bizarrement dans cette ville il existe 3 free walking tours, et je n’ai probablement pas choisi le bon (de nouveau j’aurai dû regarder Trip advisor !), mais ça fait quand même découvrir des endroits dans lesquels on ne serait pas forcément allé seul et ça donne quelques bons conseils.

J’ai beaucoup apprécié également la visite de Qorikancha, qui permet de bien se rendre compte de la manière dont les espagnols utilisaient les bases des constructions Incas pour construire leurs édifices, en l’occurrence ici une église et un couvent. Ce qui reste des murs de pierres taillées est vraiment impressionnant. Mais ce qui m’a encore plus impressionnée, c’est la dernière visite que j’ai effectuée -après un coup d’œil ail au Cristo Blanco qui m’a permis de faire croire sur Facebook que j’étais passée à Rio de Janeiro – aux ruines de Sacsayhuman. Les espagnols ont volé une grande majorité des pierres de cette cité pour construire leurs bâtiments à Cusco, pour autant les plus grosses, impossibles à déplacées, sont restée en place et on imagine aisément comment ça devait être à l’époque, le site est vraiment grandiose. C’est d’ailleurs là-bas que se sont tenues les cérémonies de l’Inti Raymi, j’aurai beaucoup aimé y assister.

Laisser un commentaire