5 jours de scooter au nord de la Thailande : la boucle Mae Hong Son

du 18 au 22 janvier 2016

La Boucle de Mae Hong Son, c’est une route qui part de Chiang Mai, va jusqu’à Mae Hong Son, à l’ouest, à la frontière du pays avec la Birmanie, pour revenir à Chiang Mai. Cette boucle est très appréciée des motards, notamment pour ses paysages et ses 1864 virages… Mais elle est aussi très appréciée des backpackers que je suis, peut-être parfois malgré ses 1864 virages !

J’ai choisi mon magasin de location de scooter sur les conseils de mon auberge. Ils m’ont dit « he won’t fuck you », ça m’a plu ! J’ai d’abord hésité entre un 100 et un 125 cm3, mais vu la différence de prix j’ai opté pour le 125 qui sera non seulement plus confortable et plus puissant dans les montées, mais surtout qui a un grand coffre sous le siège me permettant d’y ranger mon sac « de voyage » et de partir avec uniquement mon petit sac à dos accroché sur le siège derrière moi. C’est beaucoup plus confortable qu’avec un grand sac sur le dos. En revanche, le loueur m’a gentiment proposé un scooter quasiment neuf, avec seulement 1500 km au compteur, mais si c’état à refaire je choisirais un plus vieux, car durant tout le road trip je me demandais si les éraflures ici ou là étaient déjà présentes, ou s’il allait les voir et me les facturer.

De Chiang Mai à Paï

Le premier jour, j’ai décidé de partir tôt pour pouvoir profiter de l’après-midi à Paï. Mais cette première matinée de scooter n’a pas été la meilleure. Je me suis d’abord bloquée le dos au départ en accrochant mon sac sur le scooter et je me suis ensuite contractée tout le trajet à cause du froid : ma doudoune et un coupe-vent n’étaient pas suffisant. J’en suis même arrivée à me demander si j’avais ben fait de partir en road trip.

Arrivée à Paï, j’ai d’abord décidé d’aller me baigner dans les sources d’eau chaude pour détendre mon dos. J’ai suivi les conseils des blogueurs Chronomundi et suis partie à la recherche des  Sai Ngam hot springs, mais en arrivant sur place, c’était bondé. J’ai donc fait donc demi-tour et enchainé encore les kilomètres pour rejoindre les hot spring de Tha Pai et m’y prélasser une bonne heure. Ensuite je me suis offert un nouveau massage thaïlandais pour finir de débloquer mon dos en espérant pouvoir mieux profiter de mon trajet en scooter le lendemain.

En arrivant en ville, j’ai repéré plusieurs boutiques de tatouage. En Thaïlande, le tatouage est un art ancestral, ils le pratiquent notamment au bambou. J’avais décidé de me faire faire un tatouage sur le pied pendant mon voyage, ce sera donc ici ! La technique au bambou est plus longue et plus douloureuse, mais elle est beaucoup moins contraignante : pas de phase de cicatrisation, il faut juste mettre un peu de vaseline avant la douche pendant une semaine. Ensuite les bains de mer sont autorisés ce qui est parfait pour moi vu mon programme à venir. Je choisis donc mon échoppe suivant les conseils des locaux et le tatoueur me dessine le projet sur le pied et la cheville avec un marqueur, puis commence à travailler. Je  passe deux heures sur sa table, tandis qu’il manie parfaitement son bambou mais se fiche totalement de mes grimaces. Je prends sur moi, mais oui, je confirme, ça fait mal ! Enfin le plus important, c’est que je suis très satisfaite du résultat.

De Paï à Mae Hong Son

Le lendemain je suis partie un peu moins tôt, et j’ai enfilé toutes les couches de vêtements disponibles avant de partir, j’étais mieux sur mon scooter, le soleil arrive vite et mon dos est débloqué.

A Mae Hong Son j’ai trouvé une guesthouse super sympa, sur le bord du lac, et la gérante m’a donné plein d’informations sur la région, réussissant à me convaincre de rester deux nuits pour faire une boucle dans le coin le lendemain. La ville de Mae Hong Song est construite autour d’un petit lac très joli, face auquel se tient un temple qui se reflète dans l’eau, la nuit c’est magnifique !  Le soir, en se promenant dans le marché de nuit ou dans les bars, on croise essentiellement des touristes de la gent masculine, des motards ! Ca doit être un must do pour les fans de moto. Il faut dire que la route s’y prête bien en dehors de ses 1864 virages, ça monte et ça descend en permanence, il n’y a pas une ligne droite pendant 5 jours ! D’ailleurs dans les montées, même avec mon 125 cm3, parfois je ne dépassais pas les 30 ou 40 km à l’heure. Pour ceux qui voyagent à plusieurs, je recommande vraiment de louer un scooter par personne.

Les environs de Mae Hong Son

Le lendemain, suivant les recommandations de mon hôte, j’ai fait une boucle en direction de la frontière birmane. Au programme : un village « chinois » c’est à dire habité majoritairement par une minorité d’origine chinoise. C’est un peu kitch, notamment la reproduction de la grande muraille, mais sympathique. Ensuite, un point de vue sur la région, un lac, une cascade, une rizière que l’on traverse sur un pont de bambou, et un palais royal. La journée était bien chargée ! Mais finalement le plus beau, ce sont les routes que l’on parcourt avec des paysages magnifiques dont je ne me suis jamais lassée. Depuis quelques jours dans la région tout le monde me recommandait de me rendre dans un village pour voir les femmes girafes, ou  « long neck ». J’étais plutôt réticente, mais comme même les locaux insistaient, j’ai fini par décider d’y aller. Après avoir fait un détour de 20 km dans un sens et dans l’autre pour me rendre à ce village, je me suis finalement retrouvée sur une piste de terre et de pierres qui était absolument impraticable avec mon scooter. A ce moment-là un 100 cm3 aurait été mieux adapté, celui-ci était trop lourd, pas du tout maniable sur de la piste. Des passants m’ont donné un coup de main pour me sortir de là, et j’ai fait demi-tour sans avoir atteint le village, pas de long neck !

De Mae Hong Son à Mae Chaem

De Mae Hong Son, je me suis dirigée vers Mae Chaem. Suivant les recommandations de ma logeuse, j’ai fait un petit détour pour atteindre un village qui s’appelle microwaves (aucune idée de la raison du nom et du lien avec les micro-ondes!). Le village en lui-même n’a pas grand intérêt, mais il est posé une sur une crête avec un point de vue à 360 absolument magnifique. Pour l’atteindre, c’est une toute petite route qui tourne et monte encore plus que la grande route, c’est la portion du trajet que j’ai préférée. En revanche la destination du jour, Mae Chaem, ne m’a pas emballée du tout. Si c’était à refaire je choisirais un autre endroit que Mae Chaem pour m’arrêter.

Retour vers Chiang Mai

Le dernier jour, retour vers Chiang Mai pour rendre le scooter et filer en bus de nuit à Bangkok. Suivant les conseils d’un voyageur en quittant Chiang Mai, j’avais décidé de m’arrêter pour aller voir le « Grand Canyon de Chiang Mai », il m’avait dit que ça valait vraiment le détour. C’est là qu’on s’aperçoit qu’on n’aime pas tous les mêmes choses en voyage, et que ce qui plait à certains n’a aucun intérêt pour d’autres. Personnellement je ne recommande pas du tout ce site. Il s’agit d’une carrière inondée dont les parois sont marron / rouge, et avec une découpe qui peut faire penser au Grand Canyon de l’Arizona. Mais c’est petit et très décevant.

Après 810 km en 5 jours, j’ai rendu mon scooter en croisant les doigts pour ne pas avoir de remarque sur les différentes éraflures, notamment liées aux tendeurs avec lesquels j’accrochais mon sac et sur l’avant du scooter, une étrange tache verte est apparue alors que je n’ai pas souvenir d’avoir touché quoi que ce soit. Mais elle n’est pas sur les photos prises en début de location… Ouf elle se trouve à un endroit où il y avait déjà un « poc » noté sur le contrat de location, je ne lâche rien et je repars avec mon passeport sans surcoût. He didn’t fuck me !

2 Comments on “5 jours de scooter au nord de la Thailande : la boucle Mae Hong Son”

  1. merci de ce récit détaillé de tes aventures qui font rêver, surtout ces magnifiques paysages.

    Bonne suite, donne nous toujours des nouvelles

    je t’embrasse

    Brigitte

Laisser un commentaire